L’amour plus fort que la haine

« Hérode se mit dans une grande colère et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire, selon la date qu’il s’était fait préciser par les mages. »

À l’époque de la naissance de Jésus, la Judée se trouvait face à deux oppressions : celle du gouverneur romain qui régnait d’une main de fer, puis celle d’Hérode. Ce dernier, avait été nommé par l’occupant pour maintenir l’ordre en Judée. Cet homme, qui était à moitié juif, avait été mis en place par le sénat romain comme « Roi des Juifs », pensant que ce titre lui conférerait une autorité auprès du peuple. Cependant, les Judéens n’appréciaient pas du tout ce roi, pire ils le haïssaient ! Ils voyaient en lui un serviteur de Rome, une marionnette entre les mains des romains. Le fait qu’il construisit le grand Temple ne changea rien à l’opinion que les Israéliens lui portaient.

Ce monarque craignait sans cesse pour son titre. Il était à l’affut de tout ce qui pouvait le déstabiliser. Il luttait sans cesse pour conserver ses acquis. Le moindre changement politique ou soulèvement du peuple pouvait lui être fatal. C’est pourquoi lorsque les mages arrivèrent en demandant : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? » (Matthieu 2.2) Hérode fut troublé.

Ce despote avait pour objectif de se débarrasser de tout concurrent potentiel. Un mort de plus ou de moins, cela lui importait peu. Il avait fait mourir tellement de personnes : son épouse, sa belle-mère, son beau-frère, ses trois fils et des dizaines de sacrificateurs. Il fut un roi sanguinaire, entaché par la mort et vivant dans l’insécurité.

Pendant ce temps, un nouveau Roi vit le jour. Contrairement à Hérode, cet enfant dans la crèche ne s’accrocherait pas à ce qu’il possédait. Son désir était de donner sa vie par amour. Ce Roi d’humilité naquît dans une vulgaire étable et se livra lui-même jusqu’à la mort pour que les hommes soient sauvés. Le seul sang qu’il eut sur ses mains fut le sien. C’était un Roi d’une autre sorte, c’était le Roi des rois …

Hérode fit mourir des enfants dans le but de tuer ce rival. Il voulut tuer l’espoir, mais sa tentative échoua. Nul ne peut renverser le plan de Dieu ! Aujourd’hui Hérode est considéré comme un roi pathétique, alors que Jésus est aimé et adoré par des millions de personnes. Du temple d’Hérode il ne reste que des ruines, alors que le Roi d’humilité siège dans son magnifique palais céleste. Oui l’amour est plus fort que la haine.

Une question pour aujourd’hui : Souvent nous disons que les gens qui agissent avec colère ont peur.  Qu’en pensez-vous ?

Patrice Martorano